Communication médecin malade : les bonnes pratiques

Il est raisonnable de penser que la plupart des médecins sont conscients qu’une bonne communication médecin malade est importante. Mais pour quelles raisons précisément ? Et qu’entend-on par « bonne communication » ? Que nous dit la littérature scientifique internationale à ce sujet ?

Pourquoi une bonne communication médecin – malade est-elle importante ?

Dans les années 1970, des travaux académiques publiés à partir d’entretiens réalisés entre médecins et patients ont fait le constat suivant :

  • les médecins interrompaient fréquemment les patients après moins d’une minute d’expression ;
  • les médecins passaient parfois à côté d’informations importantes sur leur état ;
  • certains patients en sortant du cabinet n’avaient pas compris ce que le médecin leur avait expliqué, ni ce qu’ils devaient faire.

Depuis, le sujet a été bien documenté. Une mauvaise communication médecin malade peut conduire à :

  • poser un diagnostic erroné ;
  • établir difficilement une relation de confiance ;
  • multiplier des examens inutiles ;
  • favoriser la non-observance des traitements médicamenteux ou non ;
  • inciter les patients à changer de médecin.

À l’inverse, lorsque la relation médecin patient est basée sur une bonne communication et une relation de confiance, on observe souvent :

  • une diminution du nombre de complications chez le patient ;
  • une plus grande satisfaction du patient et moins d’errance thérapeutique ;
  • une meilleure identification par le médecin du moment adéquat pour interrompre un traitement.

Le principal mécanisme explicatif de ces conséquences est l’effet placebo et nocebo. Il s’agit du résultat psycho-physiologique positif (bénéfique) ou négatif (désavantageux) constaté après la réalisation d’un acte thérapeutique, indépendamment de l’efficacité intrinsèque de l’acte.

Quel cadre proposer pour renforcer la communication ?

Voici 3 paramètres sur lesquels il est assez facile de jouer.

Adopter une posture psychologique adéquate

Selon les résultats d’une méta-analyse récente (Howick et al. 2018), deux postures peuvent être adoptées par les médecins.

  • Être empathique. Le médecin doit montrer qu’il comprend la problématique du patient et formuler une suggestion thérapeutique utile basée sur cette compréhension partagée.
  • Être positif. Le médecin doit renforcer les attentes positives des patients en matière de guérison ou d’amélioration des symptômes par le biais de messages adaptés.

Une plus grande empathie de la part du praticien ou la communication de messages positifs peuvent avoir de petits avantages pour les patients dans toute une série de conditions cliniques, en particulier sur la douleur.

S’asseoir

Le simple fait que le praticien s’assoit peut rendre une consultation moins précipitée, plus ouverte et plus amicale. Il est prouvé que le fait de s’asseoir avec les patients (plutôt que de rester debout) peut améliorer la satisfaction des patients en améliorant leur perception de la visite.

S’assurer que la plupart des préoccupations du patient ont été abordées

Il ne faut pas hésiter à poser une variante de cette question aux patients : « Y a-t-il autre chose que vous aimeriez aborder aujourd’hui ? ». Cela permet de réduire le nombre de préoccupations non exprimées par les patients lors des consultations.

Que faut-il éviter dans une communication et une relation médecin / patient ?

Dans toute communication et relation médecin / patient, il faut idéalement prendre en compte au maximum les attentes du patient. À cause du mécanisme bien connu de dissonance cognitive, un patient peut éviter la discussion avec un médecin pour s’épargner un état de tension cognitive. Par exemple, si un patient est convaincu d’avoir posé lui-même le bon diagnostic sur sa souffrance, il opposera une grande résistance à ses proches qui lui recommandent une consultation médicale.

De la même manière,

  • un patient qui s’attend à un diagnostic précis de la part du médecin se focalisera sur les propos qui correspondent à ses attentes ;
  • un patient qui s’attend à être bien accueilli par un médecin sera particulièrement déçu s’il est reçu par un(e) assistant(e) stressé et un(e) médecin surchargé(e) accordant peu de temps à l’échange.

Un des principaux écueils dans la communication médecin / patient est donc de ne pas suffisamment prendre en compte l’attente du patient pour établir son discours et son plan de traitement et suivi.

 

Sources principales

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.